Facebook en 224

Nous comprenons que chacun ressente le besoin de s’épanouir dans la société de différentes façons, presque tous les moyens sont permis pour rendre cela possible. Facebook apparaît dans un monde en plein évolution ou d’autre se battent pour leurs convictions tandis que d’autres se livrent dans des duels où ils ne sont pas prêts d’en sortir vainqueurs.
Avec l’arrivée des smartphones dans le pays, les Guinéens se familiarisent petit à petit avec les nouvelles technologies qui, désormais constituent pour eux un vice indispensable dans leurs quotidiens. Mais peu d’entre eux connaissent la valeur de ces nouvelles technologies, car non initiés, ils les utilisent à des fins égoistes dans lesquels ils détruisent leurs images et celles de leurs proches : Des femmes qui se diffusent toutes nues sur des vidéos soit disant qu’elles les envoient à leurs bien aimés à l’étranger, des vidéos pornographiques de tout genre. Pourtant ces personnes ont tous une famille, d’autre des carrières à proteger.

Des ados ont envahient Facebook avec des publications incensées chacun d’eux se fait Roi ou Reine, ils y vont jusqu’à organiser des concours de popularité alors qu’en réalité certains d’entre eux n’ont même pas de boulot. Celui qui récolte le plus de LIKE se vante dans toute la cité, pendant ce temps je me demande qu’est ce qu’ils ont gagné de positif sur Facebook si ce n’est que prévoir un échec de leur carrière professionnelle et l’image sociale de leur famille puisque l’ont dit: chacun est ambassadeur de sa famille.

Des arnaques a en pas finir : Des jeunes filles qui se marient à distances avec la diaspora croyant avoir trouvé le bonheur, mais au final elles en ressortent blessées, car elles ont fait passé l’argent avant la personne, D’autres tombent aussi sur des soit disant marabouts féticheurs qui guérrisent et délivrent à distances, ils extorquent leur argent et les fassent rétomber de plus dans le chaos.

C’est l’exemple d’une fille du nom de Bintou résidant dans la commune urbaine de LABE. Elle aimait se faire voir sur les réseaux sociaux comme toutes les jeunes filles de son âge, ces parents n’étaient pas riches, elles fréquentaient les écoles privées grâce à sa tante mais avait une beauté extraordinaire. Arrivée à un certain âge, ces parents voulaient la marier le plus vite possible car les prétendants faisaient des va et vient presque chaque jour chez elle, mais son cœur n’avait pris aucun de ces hommes qui faisaient la queue chez elle pour demander sa main. Son cœur avait été conquis par un guinéen résidant en europe. Avec ce dernier ils causaient tous les jours sur messenger et parlaient de mariage. Ces parents aussi se laissèrent emporter par l’argent, ainsi ils encouragèrent leur fille à se marier avec ce dernier parce qu’ils voyaient combien de fois leur fille tenait à ce mariage. Quelques temps après, ils célébrèrent le mariage avec la présence du mari de Bintou qui avait effectué le déplacement. Lui aussi avait ses parents dans la même ville que sa femme, c’ est ainsi qu’après leur mariage, Bintou alla s’installer chez ces beaux parents. Son mari lui, repartit en Europe avec la promesse d’emmener son épouse très bientôt à ses côtés. Deux années se passa Bintou était toujours chez ses beaux parents attendant son mari, rien ne se passa et l’ambiance avec sa belle mère commença à être tendu à la maison. Désormais plus rien n’allait dans son mariage ni avec son mari ni ses beaux parents et même ses parents à elle. Peu de temps après, Son mariage fut détruit parce que disait -on, son mari aurait cherché une épouse en europe là-bas, traumatisée par cela elle abandonna l’école sans pouvoir faire le baccalauréat alors qu’il restait trois mois avant les examens puis rentra chez ses parents. Résultats pas de mari ni de Baccalauréat donc : avenir incertain.
Ces genres de cas sont fréquents en Guinée l’on ne pourrait compter les victimes, car comme le dit un dicton.

<<En voulant trop gagner on risque de tout perdre>>.

Des choses anormales, qui détruisent nos vies. Facebook appuie cheytane dans sa propagande de déstructions. L’utilisé pour la bonne cause est difficile pour beaucoup de personne. Il a accéléré la migration clandestine vers l’Europe en particulier car attiré par les belles images des villes européennes, par ceux qui y sont déjà. Bon nombre de jeunes perdent leurs vies en voulant réjoindre l’Eldorado Européen.

C’est l’histoire d’un groupe d’amis toujours dans la ville de LABE(Guinée). Ils étaient amis dans le bon sens et s’entre-aidaient dans différentes tâches de la vie amicale. Mais un beau jour sans avertir personne l’un d’entre eux décida d’aller en Europe en passant par la mer méditerranée, ce fut en mars 2016. Pour ce voyage il alla même jusqu’à vendre sa moto pour réussir son aventure.Quelques semaines après choqués par cela deux autres aussi s’aventurent sur la route avec quelques billets prisent en famille sans le consentement des parents. Des mois passèrent, avec l’aide des parents ils arrivèrent tous à destination de l’Europe, malgré les terribles difficultés qu’ils ont rencontré sur leur route. Après avoir fini de s’installer en europe, ils inondèrent Facebook de photo, de vidéo prises dans des coins chics, avec des habits et chaussures flambant neufs. Pendant ce temps les autres qui étaient restés en Afrique se battaient de tous les moyen pour aller en Europe à leur tour, ce qu’ils voyaient sur Facebook les avaient conquis, désormais manger, aller à l’école, sortir en ville étaient devenu difficile pour eux. C’est claire ils leurs fallait coûte que coûte aller aussi. C’est ainsi que deux mois après, deux autres prenèrent le chemin de la même manière que les autres, cette fois ci un d’entre eux se retourna suite aux conseils de ses parents, il regagna le pays, rentra chez lui, tandis-que l’autre continua la route avec courage et détermination. Une fois en Lybie, le dernier point de passage pour rejoindre l’Europe il embarqua dans un bateau d’infortune. Mais fort malheureusement pour lui l’aventure s’arrêta en mer mediterannée, le bateau où il avait embarqué coula, il perdit la vie avec d’autre aventuriers. L’information nous fût donner par un de ses compagnons de route qui lui avait réussi à rejoindre l’Italie quelque mois après. S’était vrai Harouna est mort pour moi j’arrivais toujours pas à y croire.

Facebook à gagner sur beaucoup négativement, la recherche d’une vie meilleure à prit le dessus sur nos quotidiens. Pour nous plus rien n’est faisable en Guinnée, le pouvoir de Daddy nous à rendu indifférent, on arrive même pas à nous aimer entre nous, nos richesses sont distribués entre les grandes puissances occidentales, la jeunesse est à la dérive, les maladies terrassent la populations par centaines chaque jours, la pauvreté s’est installées, l’envie d’une vie meilleur, d’un pays plus libre, plus démocratique plus développer s’écoue la tête des Guinéens.Tout cela ne doit en aucun cas nous dissuader que L’Eldorado c’est la Guinée, c’est l’afrique et nulle part ailleurs.

Publicités

En 2018

Chaque année qui passe laisse en nous des choses tant négatives et positives à la fois. Nous apprenons chaque jour de l’année tout en espérant s’améliorer et présenter un bilan positif à la fin de l’année. Pour moi, 2018 a été une année de défis surréalistes, des rêves que je n’avais jamais pu réaliser au paravant. Je ne pourai les citer parcequ’elles ne sont pas toutes explicable, néamoins au fond de moi, je sens, je sais que je me suis battu tout au long de l’année pour s’avourer une victoire au finale. Cependant, je n’oublie pas tous ces moments où j’ai failli abandonné, estiment que j’étais comme possédé par des esprits maléfiques ne pouvant me permettre d’aller de l’avant. Mais avec une force extraordinnaire, j’ai reussi à contrer les mauvaises décisions qui tourmantaient mon ésprit. Dans le sens négatifs, la perte des personnes qui me sont chère m’ont aussi s’écoués. Des individus qui comptaient beaucoup dans l’accomplissement de mon devenir, malheureusement pour moi, le bon Dieu les a rappélé auprès de lui au moment où je commençais à sentir de plus en plus les biens faits de leurs présences à mes cotés, j’espère pouvoir suivre le droit chemin avec l’aide du tout puissant dans l’accomplissement de mes différents projets. Je pardonne mais j’oublie pas les personnes qui m’ont lâchés la main dans les moments difficiles où il a fallu être seul à affronter tout un tas de difficultés inestimables. A toutes ces personnes qui l’ont fait, je vous rémercie et laisse le bon Dieu en juger la suite des évènements car, vous m’avez aidez à me surpasser dans le bon sens croyant me faire du mal. Terminer ce premier billet de blog sans toucher un mot sur la situation gravissime que traverse mon pays la Guinée serait pour moi une erreur innadmissible. J’appel le peuple de Guinée à se tolerer, à s’aimer, à travailler ensemble afin de relever les défis qui se posent au quotidien, nous ne sommes pas sans savoir qu’aucun pays ne s’est construit en un seul jour, mois ou année. La construction, la dynamisation d’une nation est un travail de chaque jour, de chaque citoyen partout où il se trouve dans le monde.

<<Nous reussisson mieux, si nous reussissons ensemble.>>

Nous disait le frère Elhadj Bah, DG de l’entreprise Suite au Sénegal, lors de son passage au sein de notre siège Villageois 2.0 à KONKOLA (LABE). Je profite d’ailleur de l’occasion pour remercier le grand frère Sally bilaly sow notre coordinateur qui a rendu cela possible. De toutes les rencontres, découvertes qui sont à la fois inoubliables, enrichissantes qu’il nous a fait vibrer présentiellement et virtuellement lors de l’année 2018. Je garde la tête haute tout en esseyant de positiver les choses autour de moi. Bonne année à tous et que Dieu bénisse la Guinnée et les Guinéens.

Thierno Abdoulaye Diallo